Où est la Rupture ?

Dans l'environnement, la Rupture est partout.

C'est elle, après tout, qui gouverne désormais le climat par ses caprices, sautes d'humeurs et catastrophes.

La Rupture est la vie quotidienne de tous les habitants de Kiwandoto. La plupart des habitants seront touchés par la Rupture au moins légèrement. Elle est tellement omniprésente qu'elle en devient personnifiée.

 

Les Chimères et les personnes qu'elle a ralliées à elle en sont même une incarnation vivante. Chez elles, la Rupture prend forme, se cristallise, a une réelle substance et apparence.

Les Chimères

Les Chimères sont aisément reconnaissables à deux choses :

- le sillage de destruction qu'elles laissent derrière elles. Elles ne sont en effet, pour la plupart, mues que par une folie destructrice et suicidaire, une rage qui les pousse à tuer et abattre tout obstacle sur le route où à mourir en essayant. Même pour s'alimenter, elle s'arrêtent rarement et meurent fréquemment de faim ou d'épuisement. Exception potentielle pour la reproduction avec un partenaire. Potentielle. Les plus faibles, quand elles appartiennent à la même espèce, peuvent toutefois s'allier pour agir en bandes, devenant ainsi aussi dangereuses que les plus grosses Chimères.

- leurs corps marqués par la Rupture : des taches sombres veinées d'éclats violacés, brillant sous la lumière d'un reflet cristallin, et des morceaux de Pourprine jaillissant de façon erratique de leurs chairs.

 

Le corps d'une Chimère est totalement impropre à la consommation (certains le font malgré tout pour rejoindre les rangs des Parjures ou dans la nécessité extrême). Toutefois, leurs cadavres sont des ressources vitales pour la survie, permettant la confection des abris de Pourprine, offrant une protection contre les aléas du climat. Généralement, elles sont récupérées sur les carcasses de Chimères mortes de vieillesse, de faim, fatigue ou de la "main" d'une autre Chimère. Exceptionnellement, sur des cadavres que des habitants ont réussis, via force stratégie, ingénierie, pertes humaines et nécessité, à tuer.

Manipuler et travailler la Pourprine demande de grandes précautions pour ne jamais entrer en contact direct avec elles, au risque d'être contaminé par la Rupture. On utilise donc des instruments inertes pour les ramasser, recouvrir et manipuler, les éléments inertes ne pouvant pas être touchés par la Rupture. Mais même ainsi, on n'est jamais totalement à l'abri...

 

Lorsqu'une Chimère meurt, ses entrailles, son "sang" peuvent contaminer la faune et la flore environnante. Les personnes qui trouvent des cadavres de Chimère, ou en produisent, prennent donc soin de nettoyer et purifier la zone environnante, quitte à creuser le sol et stériliser la terre à grand renfort d'alcool à brûler et de sel.

Les Parjures

Certaines personnes font le choix conscient de profiter des bénédictions de la Rupture, de vendre leur âme à celle-ci. On les appelle les Parjures, car elles ont renié leur être profond.

 

Les Parjures disposent de pouvoirs défiant l'imagination, la Rupture pouvant leur octroyer des capacités de vol, de créations d'objets de Pourprine, une force titanesque...Leur esprit est cependant presque toujours pris de folie.

 

En effet, une personne devenant Parjure se renie entièrement, devient tout ce qu'elle haïssait et rejette tout ce qu'elle aimait : elle doit rechercher en permanence son Anathème et éviter son Essence. Ceci est nécessairement et forcément profondément traumatique, car l'abandon doit être sincère et total, mais la nature de l'âme elle, ne change pas.

La personne n'est plus ce qu'elle était, tant physiquement que moralement. Cela se reflète dans chacun de ses actes.
Elle ne pourra jamais se réincarner, ne donnera ni Mâne, si Spectre ni Lares après sa mort. Elle ne rejoindra jamais l'Akasha. Elle a, après tout, renié le monde.

Comment se répand la Rupture ?

Les Chimères et Parjures, en transportant la Rupture avec eux, sont les principaux vecteurs de celle-ci. Mais n'importe qui peut la contracter volontairement.

 

Quand une personne manifeste son Anathème, succombe à la Tentation de la Rupture ou utilise la Rupture dans ses Sortilèges, pour les Gardiens/Prêtresses, la Rupture progresse irrémédiablement en elle. Ces marques sont un mémento des erreurs de parcours de la personne.

 

Quand de la Rupture est acquise volontairement, elle prend la forme de marques violettes apparaissant ou grandissant sur le corps de personnes. La Rupture acquise involontairement est une forme de nécrose violacée et douloureuse. Une personne peut parfaitement avoir les deux types de forme sur elle.

 

La Rupture se repère également sur la Psyché et le Corps Astral/Védique de la personne, de la même façon que dans le Monde Physique. Toutefois, il semble que la Rupture ne puisse pas toucher les êtres du Monde Spirituel...En tout cas le Monde Spirituel est épargné par la Rupture pour le moment, et il est important qu'il le reste !

 

Toute personne manifestant des traces de Rupture est appelée Rongée, car tôt ou tard, le mal prendra le dessus sur elle...

 

Un personnage subissant une agression d'une Chimère, d'un Parjure, d'un Sortilège de Rupture, exposé à de grandes quantités de Pourprine ou se blessant avec doit tester sa résistance à la Rupture.

 

Il s'agit d'un test de Résistance utilisant la Dévotion comme base. Les règles habituelles s'appliquent (dépense de points d'Harmonie, pas d'Aide ou de Résonance....). De plus, les points de Rupture déjà possédés par le personnage comptent en malus pour les tests de Résistance à la Rupture.

On fait donc le calcul suivant :
Dévotion + nombre de gemmes de sa Saison/Temps tirées + Atouts + points d'Harmonie dépensés - points de Rupture
Et on compare à la Difficulté

  • Échec Critique : le personnage gagne 2 points de Rupture
  • Échec : le personnage gagne 1 point de Rupture
  • Réussite Amère : le personnage a résisté à la Rupture, mais a du puiser dans les réserves de son âme. Iel perd 1 point d'Harmonie (cela ne peut pas rendre son Harmonie plus basse que sa Rupture)
  • Réussite : tout va bien, le personnage ne gagne aucun point de Rupture
  • Réussite Critique : le personnage sort renforcé de ce conflit. Il gagne 1 point d'Harmonie

Rupture supérieure à l'Harmonie

Lorsque la Rupture d'un personnage dépasse son Harmonie, la situation devient complexe pour ellui.

 

Si les derniers points de Rupture gagnés l'ont été volontairement (Tentation de la Rupture, manifestation de l'Anathème, usage de Rupture dans un Sortilège, pour un test de Résisance), le personnage rejoins immédiatement les rangs des Parjures. S'il s'agit d'un Gardien ou d'une Prêtresse, iel perd tous ses pouvoirs et contacts avec la Nymphe.

Par ailleurs, des cristaux de Pourprine apparaîssent sur son corps, remplaçant tout ou partie de ses anciennes marques violettes.

 

Son score de Dévotion/Résilience est remplacé par un score de Sédition d'une valeur de 2.

La personne devra donc désormais encourager son Anathème et lutter contre son Essence. Par ailleurs, son âme est perdue à tout jamais, sans espoir de salut et de réincarnation.

 

Pesez bien le pour et le contre de cette décision !

 

Si les derniers points de Rupture ont été gagnés involontairement, le personnage est mis face à un choix :

- accepter la Rupture en ellui, faire le pacte, survivre mais se renier. Auquel cas, iel rejoint les Parjures et tout se passe comme si ces derniers points avaient été gagnés volontairement.

 

- refuser la Rupture, tenir bon. La victime se décompose alors et quitte l'univers connu, effaçant toute trace de sa présence sur Kiwandoto, tous les souvenirs liés à son existence dans les mémoires de ceux qu'elle a connu. Le monde se reforme pour prendre en compte qu'elle n'a jamais existé : ses enfants deviennent les enfants d'autrui, ses réalisations disparaissent ou sont modifiées pour que leur paternité revienne à d'autres, etc... Le processus n'est pas instantané et peut durer plusieurs jours voire semaines, pendant lesquels l'entourage a conscience d'oublier petit à petit la victime, corrige ses dires de moins en moins fréquemment, etc...

 

On comprend dès lors que pour les victimes et les proches des Rongés, il est préférable et plus miséricordieux de recourir à l'euthanasie, dès lors que la Rupture est proche d'emporter sa proie.

 

Les animaux, plantes et êtres sans conscience n'ont pas cette possibilité. La Rupture ne peut les atteindre que de façon involontaire. Ces êtres deviennent généralement agressifs et solitaires, les plantes et champignons coupent toute communication racinaire/mycéliale et de mettent à produire des toxines chargées de Rupture. Ils sont délaissés par les prédateurs mais peuvent donc malgré tout transmettre la Rupture aux êtres qu'iels blessent ou empoisonnent.

Certaines personnes se font un devoir de chasser et purifier la faune et la flore contaminée. On reconnaît la faune et flore contaminée à des excroissances de Pourprine, comme pour les Chimères et Parjures. Toutefois, contrairement à la Pourprine des Chimères et Parjures, si celle-ci transmet bien la Rupture, elle est extrêmement fragile, n'a pas les propriétés d'isolation et de résistances aux conditions climatique que la "vraie". Elle est donc généralement détruite par le feu ou l'acide, car elle y est sensible.

 

Si, par miracle, un Parjure devait retrouver une Harmonie supérieure à son Anathème, la personne disparaîtrait alors immédiatement, laissant derrière elle la Pourprine qu'elle portait sur elle. Personne ne sait si leur âme est toujours perdue, mais le reflet de leur Psyché dans le Monde du Rêve montre une zone torturée et où des hurlements de douleur permanent se font entendre. Aucun Fantasme ni Ectoplasme ne s'approche de ses endroits. Le monde oublie la personne comme si elle avait refusé la Rupture, on sait juste que ce cristal de Pourprine a appartenu à un Parjure qui s'est renié une deuxième fois.

Ces cristaux de Pourprine sont particulièrement denses, impossibles à travailler.

Comment vaincre la Rupture ?

Il n'y a pas de solution miracle.

Ou plutôt, c'est pour cela que les Gardiens et Prêtresses d'ESPRI existent : trouver un moyen de la vaincre.

 

Mais personne ne connaît la recette, le protocole, la méthode. Ni même s'il existe un tel moyen.

 

A ESPRI, les Gardiens et Prêtresses reçoivent les armes et connaissances pour la combattre et l'appréhender, mais surtout pour aider les habitants de Kiwandoto à y survivre, à le reconstruire.

Ce sera à eux, cependant, de définir comment agir, en suivant quelle philosophie, et dans quelle finalité.

 

C'est tout le but de ce jeux de rôles.